2006/06/21

Dans le port d'Amsterdam


Enfin, ils boivent aux dames
Qui leur donnent leurs jolis corps
Qui leur donnent leurs vertus
Pour une pièce en or
Et quand ils ont bien bu
Se penche le nez au ciel
Se mouchent dans les étoiles
Et ils pissent comme je pleure
Sur les femmes infidèles


Não sei quantos anos depois, ainda tem toda a razão o Grand Jacques.

1 comentário:

Emiéle disse...

Podias por a música...
Fizeste-me saudades, se calhar vou procurar e deixá-la lá no Pópulo.